The LaFontaine House and the Man


Many, no, most of the country’s most reputable historians have underlined the importance to French and English-Canadian and North American, if not World History, of the life and works of the Man who built and occupied this house during all of his public life. Architectural writers have contributed many articles about those aspects of the building that also make it of prime importance in the History of the City.

One makes mention only in passing, that all political shades of opinion in the Province and the Country and all but one of the City’s Newspapers has written strong editorials over the years to the effect that the building should be preserved and restored.

Most importantly, several Federal authorities (for this is primarily going to be a Canadian Historic Site, whatever happens) have said that if the City purchases the house, they will do their duty, whatever that entails, from erecting a plaque to restoring and operating both it, a visitors' centre on or off the site and its environment, as has happened with all the other homes of Canadian Prime Ministers

Buy the Lafontaine House (Development Rights) Now.

The rumored sale of the Overdale block gives the City and or the Province, an opportunity to buy the condo rights represented by the LaFontaine House. Its’ graffiti-ed exterior walls and roof still remain, witness to the Great Canadian who once guided the country to nationhood there. What still stands will allow the authentic restoration of the building, as have so been restored, as National Monuments, all the other homes of Canadian Prime Ministers. That this House and its occupant is not already so honored is due to the inordinately high value of the price demanded by its’ owners for a traditional purchase of the House and enough land around the it to set it off properly, a substantial fraction (maybe 15 percent) of the worth of the whole city block, some fifty million dollars.

But the block is already planned and zoned for hundreds of apartment condo and commercial units. So the LaFontaine House, as it stands, a gutted shell, is legally just another unbuilt condominium on the whole site. The truth is that one need not, and should not buy outright, any of the land on the block to obtain the House. One need only purchase the condo rights of the fraction, that the House’s future floor area (about 4800 square feet) represents, as a part of the total floor area, allowed by the zoning on the whole block (about 1,000,000 square feet). That is one half of one percent of the 50 million dollar value of the land, about 250,000 dollars, affordable, even for a civic minded private Angel or Angels.

As large gardens are also part of the zoning of the block, the ultimate owner of the House, the City or the Province should also undertake to design and to maintain, in perpetuity, the site landscaping to benefit the house and its’ integration with future buildings. This undertaking toward the owners of the block would be worth even more money to the developer and future residents. It would be an offer that would be too generous to refuse.

Modern problems demand innovative solutions. Not another day should go by while this opportunity, long available, remains. And should the owners refuse, expropriation of these rights should be undertaken. And if a judge says that condo rights cannot be expropriated, the National Assembly should get busy and amend the applicable Laws appropriately.

(see 4 illustrations at the end of french version)


La maison LaFontaine et l’Homme.

Beaucoup, non, la plupart des historiens les plus réputés du pays, a souligné l'importance aux Canadiens, tant français qu’anglais et aux nord-américains, sinon à l’histoire du monde, de la vie et de l'œuvre de l'homme qui a construit et qui a occupé cette maison pendant toute sa vie publique. D’ailleurs, plusieurs écrivains sur les sujets architecturaux ont contribué de nombreux articles sur ces aspects du bâtiment qui le rendent, également, d'une importance capitale dans l'histoire culturelle de la ville.

On ne fait mentionner qu'en passant, que toutes les nuances politiques de l'opinion de la Province et du pays et tous, sauf un, des journaux de la ville, ont écrit des éditoriaux fortes au cours des années, à l'effet que le bâtiment doit être préservé et mis en valeur.

Plus important encore, plusieurs autorités fédérales (pour cela va être principalement un site historique canadien, quoi qu'il arrive) ont dit que si la Ville devenait propriétaire de la maison, ils feront leur devoir, quelle que soit cela entraînait: de poser une plaque, de la restaurer et/ou de l'exploiter, non seulement la maison elle-même, mais aussi un centre de visiteurs, adjacent ou hors site, avec son environnement, comme il s'est passé avec toutes les autres maisons de premiers ministres canadiens.

ACHETONS LA MAISON LAFONTAINE, DÈS MAINTENANT


La rumeur circule à l'effet que le quadrilatère Overdale soit en voie d’être vendu, donnant à la Ville de Montréal et à la Province de Québec, ou à toute autre instance, l'opportunité d'acheter les droits de condos appartenant à la Maison Louis-Hyppolite LaFontaine. Ses murs extérieurs et son toit, toujours existants, témoignent de la présence de ce Grand Canadien qui, à l'époque, y a tracé la voie de la nation. Sa structure en place permettra une authentique restauration du bâtiment, à titre de Monument National, tout comme l'ont été toutes les résidences des autres Premiers-Ministres canadiens. Le fait que cette Résidence et ses occupants ne soient comme tels déjà honorés, relève du prix exorbitant demandé par ses propriétaires, comparativement à l’achat courant de telle maison avec suffisamment de terrain tout autour pour une implantation appropriée, achat correspondant à une partie substantielle (soit 15%, peut-être) de la valeur de tout le quadrilatère évalué à quelque cinquante millions de dollars.

Mais, le quadrilatère étant déjà planifié et zoné en vue de la construction de centaines d'appartements-condos et d'unités commerciales, la Maison LaFontaine est, telle qu'existante, une coquille vidée de son contenu et, légalement et tout simplement, un autre condo non construit sur le site. La vérité réside dans le fait que personne n'a besoin, ni l'obligation d'acheter quelque portion que ce soit du terrain dans le quadrilatère pour détenir la Maison LaFontaine. Il suffit uniquement d'acheter une fraction des droits de condos autorisés par le zonage sur toute la superficie d'occupation du sol du quadrilatère (d’environ 1,000,000 de pieds carrés), soit la portion représentative de la superficie de plancher de l’ordre de plus ou moins 4800 pieds carrés de la future Maison LaFontaine. Cette portion représente un demi de un pour cent de la valeur de 50 millions de dollars du terrain, ou 250,000 $, soit une somme plus qu’abordable pour un seul individu, tel un Ange, ou pour des Anges animé(s) d'un sens civique.

Puisque l'aménagement d'importants jardins fait aussi partie du zonage de ce quadrilatère, l'ultime propriétaire de la Maison LaFontaine, qu'il s'agisse de la Ville de Montréal, de la Province de Québec, ou du Canada, se doit aussi d'entreprendre l'aménagement paysager de la Maison et de veiller à son entretien à perpétuité, de manière à favoriser son implantation et son intégration aux futures constructions. Les avantages de cette prise en charge pour les actuels propriétaires du quadrilatère seraient d'autant plus valables monétairement pour le développeur et les éventuels résidants. Il s'agirait d'une offre qu'il serait trop dangereux de refuser.

Des problèmes modernes commandent des solutions innovatrices. Rien ne peut justifier de retarder d'une seule journée d'aller de l'avant, quand une telle solution depuis longtemps envisageable est toujours accessible. Dans l'éventualité que les propriétaires refusent l'offre, l'expropriation de ces droits de condos doit être entreprise. Et si un juge devait décider que des droits de condos ne peuvent être expropriés, il en tiendrait à l'Assemblée nationale d'entreprendre immédiatement les démarches en vue d'amender en conséquence les Lois applicables.

(quatre illustrations:)



The Lafontaine house, rue Overdale, March 2011
La Maison LaFontaine rue Overdale, mars, 2011 Photo M Fish


Developer's plan, 1990, Numbers give height of Building Masses in Stories. The LaFontaine House is at lower right, 3 stories High. Common Gardens in centre of Block would be maintained by the House.

Plan du développement,1990, Les chiffres donnent la hauteur des masses des édifices en étages, La Maison LaFontaine est à droite en bas, 3 étages de haut. Les Jardins Communs au centre de l’ïlot seraient maintenus par la Maison.



Part of The LaFontaine House, rue Overdale, Summer, 1987, & Kentucky Coffee trees
Partie de la Maison LaFontaine, rue Overdale, Été, 1987 & Arbres Kentucky Coffee
Photo M Fish


Site Plan from Google Earth c2005. LaFontaine ruin is grey rectangle lower right on block
Plan du Site actuel de Google Earth. Les ruines de la Maison LaFontaine à droite, bas.

Comments

latest posts

Prison Saint-Vincent-de-Paul

Windsor Station

New Buildings on and around the Windsor Station site –

The LaFontaine House - the essential witness to our memory - slated to become condos for some people. Is this the best we can do ?

The Status of Listed Buildings in Any Municipality

HAUSSES DE DENSITÉ ET DE HAUTEUR DANS LE ZONAGE DU CENTRE-VILLE DE MONTRÉAL - UNE GRAVE ERREUR

Omar Khadr